Depuis Février 2018, j’entraine un robot pour le site de Miel Citron

En mai 2019, j’ai passé un moment avec Benoît Raphaël, éleveur de robots et créateur du projet Flint Cela a donné lieu à un échange très riche sur la nécessité de trier l’information mais aussi l’aventure entrepreneuriale.
Des conseils concrets et pragmatiques

Retrouvez Benoît Raphaël sur son site 
Flint est en levée de fonds sur la plateforme Lita 

Le livre dont parle Benoît Raphaël
Si tu veux changer ta vie… commence par faire ton lit” 

 

J’ai démarré oui, moi mon premier métier c’était la radio

Oui je me rappelle, j’avais entendu… c’était il y a deux ans je crois tout un podcast justement où tu parlais du début de la radio…

oui je pense que c’était pour RFI peut-être 

Je crois oui c’est ça
Un podcast en 2 parties oui bah pareil il était venu faire un podcast sans me dire exactement combien de temps ça allait durer, sur quoi ça allait porter, et puis du coup il m’a fait parler de tout… ce qui est compliqué à gérer quand t’es pas prévenu…

Mais c’est ça qui est marrant justement tu ne t’attends pas aux questions 

Oui c’est ça bah c’est une façon de faire trébucher, ça c’est facile quand on a l’habitude quand même de contrôler quand même à peu près tout, pour que l’autre bouge il faut le faire trébucher

Je te rassure, je ne vais pas te faire trébucher 

D’accord 

Alors raconte-moi du coup un petit peu, qu’est-ce que tu fais ici ?

Alors ici je suis dans un lieu qui est particulier, qui a été monté par un ami, qui est un lieu temporaire et moi j’ai passé un an à station F donc dans une ambiance très très particulière qui était très chouette aussi d’ailleurs, qui était très start-up, très aseptisée aussi, pas très humain par contre, mais par contre avec un environnement, une énergie particulière donc c’était vraiment sympa à vivre Et là c’est carrément un peu autre chose, on est dans un lieu qui est un ancien centre social qui rassemble, avec du Coworking, des bureaux, des espaces des espaces d’événement aussi un Rooftop assez cool à l’étage, des artistes, des innovateurs, des activistes de l’environnement, des philosophes, il y a même un écrivain qui est spécialiste de cyber sécurité et il y a des responsables d’associations il y a donc vraiment un mélange innovateur, entrepreneur, artiste, activiste, qui ont pour objectif, qui travaillent dans le sens d’améliorer les choses, de relever un peu les défis du XXIe siècle qui sont à la fois la biodiversité, l’environnement, est-ce que l’humain va se faire déposséder par la technologie etc. etc. donc ce qui est une ligne dans laquelle je m’inscris de plus en plus
Et avec le projet Flint qui est un projet entrepreneurial, ce n’est pas un projet à but non lucratif mais par contre il y a quand même une mission qu’on se donne, qui est celui de réparer l’information telle qu’elle est servie par les algorithmes, essayer de comprendre ça et de nous aider d’abord, de commencer par moi, de m’aider déjà moi à mieux me former, à être moins dépendant d’algorithme donc je ne comprends absolument rien

Sortir des bulles aussi ?
Sortir des bulles qui sont elles-mêmes provoquée par les biais qui sont créés par les algorithmes qui ne comprennent pas bien ce qu’on est et ( le téléphone qui sonne) c’est normal aussi tu es au travail et je viens prendre comme ça la journée)

Et donc voilà donc du coup oui c’est les bulles qui sont créés par des biais qui sont liés au fait qu’aucun algorithme essaye de comprendre qui on est donc c’est cuit pour cela sur d’autres personnes qui nous ressemble, des règles qui vont dire que si tu t’engages beaucoup sur le contenu ça veut dire qu’il est intéressant et en fait bah c’est règle quand elles sont manipulés quand elles sont faites à trop grande échelle sans véritable contrôle et bien du coup ça crée des biais ce qui font que là par exemple on va toujours nous proposer les mêmes contenus, nous en servez un peu dans la même vision, dans la même idée, parfois de nous enfermer dans des fausses informations de théorie du complot ou alors au contraire nous éloigner de tout ça et de nous cloisonné quelque part et on est je pense un moment on a besoin au contraire de ce décloisonner un maximum donc c’est de ce constat là qui c’est renforcée par l’activité qu’on mène et ce qu’on découvre au fur et à mesure qui m’a amené à monter le projet Flint qui est le projet d’intelligence artificielle qui permet grâce à des robots qu’on peut entraîner soi-même d’avoir une veille d’information hyper personnalisé..

Oui ça permet justement… pour revenir sur cette histoire de bulle… parce que les gens ne comprennent pas toujours forcément, et en fait on s’aperçoit avec des amis que parfois il y a plein de sujets qu’ils ne connaissent pas et on a le sentiment… “mais tu n’as pas vu passer sur Facebook plein d’articles là-dessus ? “ parce que si nous on s’intéresse à ça, nous on le voit mais c’est vrai que eux cela peut leur être complètement inconnu. Et c’est là où chacun va créer finalement sa propre bulle et c’est pour sortir de ça enfin c’était pour garder une fenêtre sur l’extérieur que tu as créé ça

 

Oui alors après les bulles existait déjà avant même beaucoup plus avant on sortait pas beaucoup de sa ville, de ses amis, de sa famille et on lisait tous le même journal et on regardait le journal de 20 heures qui était la plus grosse bulle de filtre qui n’ait jamais existé, qui existe encore d’ailleurs aujourd’hui. C’est une énorme bulle qui invente un monde qui est celui du journal de 20 heures avec sa ligne éditoriale etc. alors qui raconte la vérité évidemment mais qui est une certaine vérité, et un certain regard comme tout média évidemment le fait mais Internet est arrivé et a fait exploser cette bulle là, cette bulle un peu physique et ensuite bah comme il y avait trop de choses et trop de richesse etc. et comme en plus les moteurs de recherche avaient besoin aussi de cette diversité donc En plus ont fait en sorte qu’il y ait de plus en plus de contenu, Que chacun puisse être vu par tout le monde. Tout ça a obligé à remettre de la technologie donc d’utiliser notamment les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux pour arriver à triompher sinon on était complètement enseveli. C’est ce filtre en fait qui nous renferme à nouveau dans des bulles d’information qui ils sont un peu plus perverse en tout cas mais ça ne veut pas dire que à la différence d’avant en fait on a quand même potentiellement accès à une très grande richesse de contenu, une grande richesse de savoir et d’opportunités et donc il faut se libérer de ces algorithmes là maintenant pour pouvoir vraiment bénéficier de cette promesse qui était Internet, qui était quand même le savoir pour tous et un monde de possibles .

Et alors t’es passionné je pense d’intelligence artificielle on le voit avec les livres qui traînent dans ton bureau à côté d’un disque d’Albator,

c’est ça Tu te demandes quel est le lien entre les deux
Et oui mais c’est vrai que justement c’est un grand écart comme ça mais alors 

oui l’intelligence artificielle c’est quelque chose qui est ben j’en suis venu à m’y intéresser par hasard puisque en fait quand on, avec mon associé, on a voulu créer, essayer de voir comment est-ce que les algorithmes, avec nos propres algorithmes on arrivait à faire ce que n’arrivait pas à faire les algorithmes des réseaux sociaux donc arriver à avoir un vrai outil de veille et d’informations qui moi me soit déjà utile dans mon métier donc j’ai besoin d’une information sur l’innovation dans les médias et je n’avais pas ce que je voulais, je n’arrivais pas non plus à faire le tri entre la qualité et la non qualité donc les outils me renvoie un peu ce qui veulent soit parce que mes amis ils aiment bien soit parce que c’est les mêmes mots En fait on a besoin de plus quand même on a besoin d’aller chercher des choses qui nous sont vraiment utile et de qualité

Il n’y a pas d’algorithme qui permet de le faire et comme on avait pas beaucoup de moyens non plus et que en trouver de façon que inventé une règle qui permettait de détecter un robot un robot de détecter la qualité d’information on trouvait que c’était impossible c’était trop complexe et donc on n’en est venu naturellement à utiliser l’intelligence artificielle qui a qui s’appuie sur ce qu’on appelle le machine Learning quand on parle d’intelligence artificielle on parle beaucoup d’apprentissage automatique en fait c’est de ça dont on parle et de voir si grâce à ça on dit dans l’algorithme puisqu’il faut l’aider à apprendre le robot n’apprend pas tout seul il apprend avec des données et des boucles de rétroaction

Ce serait dangereux si il apprenait tout seul

Alors il apprend un peu tout seul quand même mais il a besoin de même de donner qu’on lui donne donc ça c’est le savoir qu’on va lui apporter et à partir de ces données là on lui demande de trouver des règles qui vont lui permettre de prendre des décisions et pour qu’il ne s’éloigne pas trop de la réalité Dans les décisions qu’il va prendre en tout cas du résultat qu’on pourrait avoir c’est-à-dire moi je veux qu’il m’envoie des articles de qualité il faut que je sois capable de le contrôler et de lui dire bah là tu t’es trompé donc si il n’y a pas cette boucle de rétroaction là Bah ça crée des biais c’est ce qu’on voit notamment dans les réseaux sociaux c’est toi qui en train de robot mais en fait tu lui envoies des données mais lui tu ne peux pas le corriger en fait donc comme tu ne peux pas le corriger bah il fait ce qu’il veut et et tu ne contrôle pas donc donc on n’en est venu naturellement à utiliser l’intelligence artificielle et se rendre compte que ce n’était pas juste mettre une règle dedans il fallait qu’on lui apprennent et qu’on lui montre ce qui pour nous est intéressant et faire en sorte que petit à petit elle finisse par comprendre ce qui était la qualité pour moi donc ce n’est pas forcément ce n’est pas des règles qu’on lui donne c’est plutôt on lui montre des choses et on lui dit c’est bien et petit à petit il va essayer de se faire son propre jugement là-dessus donc d’apprendre tout seul et de faire émerger ses propres règles que l’on ne connaît toujours pas je ne sais pas quelles sont les règles pour moi de la qualité je sais juste que mon robot est capable de les comprendre. D’accord. Donc c’est comme ça qu’on a découvert ce truc là et j’ai trouvé cela fascinant d’avoir un espèce de truc mécanique en fait puisque ce sont des équations en fait les algorithmes qui il y a une dimension presque organique parce que en fait elle évolue elle réagit par rapport à moi et de la voir évoluer de la voir grandir de la voir apprendre je crois que c’était une expérience incroyable assez perturbante aussi que cela poser plein de questions et c’était au moment où on a commencé à beaucoup parler d’intelligence artificielle notamment dans le grand public et donc ça soulevé en plus plein de questions donc non seulement ça m’a poussé à me poser beaucoup de questions sur la façon dont on s’informe aujourd’hui et à travailler ça de plus en plus et à creuser, à l’étudier et à me rendre compte qu’on était dans une situation extrêmement dégradée de l’information de me rendre compte aussi que l’information était au cœur de tous, au cœur de l’économie je veux dire le premier média du monde c’est Google ou publie des contenus

Et 99 % de son chiffre d’affaires c’est de vendre de la publicité sur les contenus qu’ils affichent même si les contenus ne sont pas les siens en tout cas c’est un média donc c’est de l’information et bien ça c’est la première boîte du monde donc les médias c’est pas juste des trucs à côté pour informer ils sont au cœur de l’économie aujourd’hui. Facebook fait aussi partie des principales boites du monde les principales boites du monde aujourd’hui fournissent de l’information donc s’informer c’est vachement important c’est au cœur de toutes les décisions et Maël sont formés ou avoir un algorithme qui plante complètement, qui dégénère ça peut mettre Trump au pouvoir ou ça peut propulser ou accélérer le mouvement des gilets jaunes. Donc on voit bien en fait l’importance quand même que cette information là dans la façon dont on structure nos sociétés et qu’en fait on se rend compte qu’on a aucun contrôle aujourd’hui de se dire bah tiens un Facebook plutôt Mark Zuckerberg qui a 60 % des parts de Facebook enfin 60 % vraiment des pouvoirs de Facebook pas des parts  vraiment, du pouvoir donc quand il décide d’un truc personne ne peut être contre puisqu’il a le pouvoir si il décide de changer une fois un algorithme en disant bah tiens finalement, parce qu’il y a trop de fake News, trop de fausses informations et bien je vais changer l’algorithme et donc faire baisser les pages de fun par exemple les pages des médias notamment où les pages de faux médias enfin toutes les pages de contenu et je vais par contre valoriser plutôt les groupes privés Et notamment les groupes privés locaux parce que le local c’est mieux, puisque dans sa tête de geek le local c’est mieux mais c’est lui qui décide dans sa tête en fait donc il décide ça et ça ça fait quoi ? Bah ça fait que les groupes locaux privés accélèrent et qu’au moment où passe la loi sur les 80 km/heures les gens énervés bah commence à créer des groupes privés donc il y avait un groupe privé par département. Ces groupes là montent et qu’au moment où Priscillia Ludosky lance la pétition et que ensuite il y a l’histoire (elle la lance au printemps) il y a la taxe carbone qui arrive fin septembre à ce moment-là de tout explose et tout explose grâce en faite à ses groupes privés qui ont donné une ampleur absolument incroyable et à la pétition et ensuite a mis les gens dans la rue. Donc ça si c’est pas un truc décidé par un mec aux États-Unis qui a 60 % du pouvoir sur les trois plus gros réseau sociaux du monde (c’est des milliards de gens, c’est Facebook c’est Instagram, c’est WhatsApp) change un algorithme , Mais les gens dans la rue, fout le bordels, détruit les Champs Élysées et ensuite amène la situation dans laquelle on est. Donc il y a bien un truc on contrôle pas quand même même si tout n’est pas évidemment lié le monde est plus complexe, il y a beaucoup de paramètres mais ce paramètre là par exemple il est incontrôlable donc il faut s’interroger là-dessus. Donc moi ce travail-là qui était en même temps, en parallèle de la construction d’une entreprise, d’un projet où il faut gagner de l’argent, un projet technique aussi, technologique

Cela fait combien de tant que tu as créé ça ?

On l’a lancé en février 2017, le projet a été mis au public en février 2017 et on est travaillé depuis un an et demi à peu près mais c’est sur la base d’une boîte qui est un peu plus ancien sur laquelle on avait déjà crawler beaucoup de choses sur Internet donc étudier beaucoup de choses sur Internet donc on avait déjà pas mal d’algorithme, d’outils etc. donc c’est sur la base de cette expérience là qu’on a monté ce nouveau projet mais c’est un projet qui est en ligne et en production depuis deux ans et donc aujourd’hui tu t’adresses donc il y a des entreprises qui utilisent qui élève des robots ?

Oui le modèle sur en gros on s’est dit cette mission là on n’en a pour plusieurs années pour arriver à avoir le parfait algorithme Qui permet vraiment d’avoir une précision une qualité d’informations et qui puisse convenir aussi à un maximum de gens et on savait que ça prend du temps parce que pour enseigner et éduquer le robot il y a deux façons de faire soit on est un tas de ingénieur et on leur balance 1 milliard de données et ça coûte très cher soit en fait on prend un ingénieur on lui balance pas des milliards de données et on fait appel à la communauté donc finalement nos clients pour petit à petit faire augmenter la connaissance et la pertinence des robots

Donc c’est un travail d’éducation qui est très long donc nos clients sont faites les les premiers acteurs et ce qui nous aide à construire cette intelligence artificielle donc on a lancé un an après une offre payante pour les entreprises et les professionnels qui leur permet d’avoir un super outil de veille d’infos qui est en gros est super précis il va très très loin, qui va chercher la qualité est très personnalisé, qui leur permet de garder le contrôle de ça En plus d’avoir une expérience avec une intelligence artificielle qui est intéressante pour eux et nous ça nous permet de financer la suite du projet. Donc il nous aide à construire le projet et en même temps ils ont un super outil, donc on met à disposition une plate-forme qu’on appelle l’école des robots qui dans un premier temps permet d’entraîner son propre robot sur des thématiques qu’on veut donc cela peut aller de la santé, cela peut être un truc très très précis sur la blockchain dans la santé par exemple des choses comme ça,

On peut affiner et tu as personnifié aussi ces algorithmes

Alors en fait on décide du sujet qui nous intéresse et de ce qui pour nous est de la qualité là-dedans parfois ce n’est pas un sujet vraiment ce n’est pas une catégorie parce que des fois… d’abord parce que les matières, les compétences évoluent très très vite donc des fois il y a des vieilles catégories qui ne sert plus à rien et donc souvent ce n’est pas si précis que ça donc on montre aux robots le type d’article qui nous intéresse vraiment et le robot essaye de trouver une cohérence et comprendre et de nous reverser ça Donc ça fait des robots ultra personnalisé très précis et donc ça on le vend depuis un an ça marche plutôt bien ce n’est que du bouche-à-oreille donc on a pas de politique commerciale agressive pour l’instant parce qu’on a besoin d’avoir des bons clients qui comprennent le projet qui entraîne pas trop mal les robots et après dans une deuxième phase on va devoir aller chercher un public moins expert qui aura surtout envie d’avoir des robots peut-être pré-entraîné par d’autres personnes par exemple parce qu’ils n’auront pas envie trop de s’impliquer dans l’entraînement des robots.

Il y en a déjà parce qu’il y a Yolo sur l’environnement

Alors cela sont gratuits

Oui

L’idée est effectivement de basculer sur des robots spécialisés payants qui n’auront pas besoin d’être entraînés

OK et alors toi qu’est-ce que ça a changé dans ta vie, dans ton quotidien d’entrepreneur ?

Ça a changé beaucoup de choses, d’abord j’étais pas entrepreneur depuis très longtemps, je le suis depuis 2013. Enfin j’étais consultant avant donc entre 2010 et 2013 j’étais consultant, avant j’étais embauché dans des grands médias (dans des médias, un grand puis un grand mais local) Et après donc j’étais consultant Donc là quand on est consultant on gagne très bien sa vie et après donc je me suis lancé dans l’aventure entrepreneuriale en 2013 et donc Flint est l’un de ces projets et donc ça a changé beaucoup de choses parce que d’abord c’est un investissement Il faut il y a d’autres projets où j’avais levé de l’argent là on ne voulait pas en lever et on voulait se concentrer sur un travail bien fait, sur le produit tel qu’on le voulait, on voulait le faire avec nos valeurs, on voulait faire aussi avec notre façon de faire et donc quand on veut faire un truc vraiment que à soi, avec sa façon de faire Nouvelle Arnaud truc bah on se met beaucoup de contraintes entre guillemets en même temps c’est effectivement une plus grande liberté mais il faut la payer

Oui elle a un prix

Bah oui parce que pour le coup on a moins d’argent forcément on a moins d’argent on a moins de chaîne puisque personne nous paye à part les clients donc le client ce n’est pas une chaîne le client au contraire il valide le produit par contre les investisseurs c’est une chaîne et là on n’en voulait plus en tout cas pas dans cette phase là du projet et puis on avait déjà des investisseurs qui avait investi dans l’ancien projet avant qui était encore là et donc ça veut dire que il faut tenir, faire des choix, parce que quand on a moins d’argent il faut faire des choix, quand on se dit qu’on veut avancer à ce rythme là donc il faut pas accélérer parce que ça nous rassure, il faut apprendre à ralentir, même quand ça nous angoisse

Il faut apprendre à ne pas faire quatre trucs même si c’est plus rassurant de faire quatre trucs Parce que du coup, bon au moins on fait des trucs plutôt que de dire je fais un truc et peut-être que ça ne va pas marcher et je suis allé au bout du truc donc c’est énormément de stress énormément de situations parfois qui peuvent qui peuvent nous emmener dans une fragilité, une instabilité

On n’en parlait ce midi quand il y a trop de stress on perd le sens

Oui quand il y a trop de stress ça devient compliqué parce que et puis surtout en fait il y a toujours des moments où on se dit en fait l’entreprenariat c’est comme la vie quoi et à chaque fois qu’on est face a un échec on se connaît vachement aux questions dans notre propre personnalité mais finalement ce que je fais c’est le résultat de ce que je suis donc par exemple si je me mets dans la merde financièrement parce que je suis allé au bout du truc et que ça n’a pas marché bah c’est peut-être parce que j’avais besoin de passer par là et on arrête pas de faire des espèces de jugement manteau complètement débiles qui font que alors qu’en fait on est juste en train de mener un chemin vers un projet, que ça marche Oui quand il y a trop de stress ça devient compliqué parce que et puis surtout en fait il y a toujours des moments où on se dit en fait l’entreprenariat c’est comme la vie quoi et à chaque fois qu’on est face a un échec on se connaît vachement aux questions dans notre propre personnalité mais finalement ce que je fais c’est le résultat de ce que je suis donc par exemple si je me mets dans la merde financièrement parce que je suis allé au bout du truc et que ça n’a pas marché bah c’est peut-être parce que j’avais besoin de passer par là et on arrête pas de faire des espèces de jugement mentaux complètement débiles qui font que alors qu’en fait on est juste en train de mener un chemin vers un projet, que ça marche ou que ça marche pas

Que ça marche pas bien ou jamais et puis il y a des gens qui galère et puis qui arrive et puis des gens qui font ça et puis qui font autre chose enfin il y a tellement plein d’histoire et on est tellement habitué à vivre avec le schéma des histoires des autres qui nous sont envoyés notamment sur les réseaux sociaux qui nous ont balancé une espèce de miroir qui ne correspondent à rien puisque le miroir qu’on renvoie aux autres sur les réseaux sociaux est un faux miroir c’est juste de répondre à une espèce de regard collectif sur ce que doit être le bonheur et la vie et la réussite donc du coup on en revient à quelque chose, on reste seul avec soi-même et on monte son projet et on réussit, on se plante et on avance mais on est vraiment seul avec soi-même. Et quelque part il faut plus faire attention trop au regard des autres même si moi j’ai reçu plein de conseils divers et variés et sur plein de choses et c’est vrai que bah les grands stress viennent du fait que il faut…

quand on a lancé par exemple l’offre payante un an après avoir lancé le projet donc on sait pas si c’est un projet au départ, on a lancé ça pour voir

Voir si ça allait prendre ou pas

on lance l’offre payante on avait évidemment… on s’est dit « est-ce qu’on lève des fonds parce que là on va être un peu quand même chaud patate en trésorerie donc ça c’était au printemps 2018 et on se dit non mais si, on commence à préparer les dossiers mais j’en pouvais plus parce que je devais raconter n’importe quoi, Faire des business plan complètement délirants, expliquer qu’on allait se faire plein d’argent alors que le but c’est pas de se faire plein d’argent mais bien d’avoir un beau produit, de le vendre correctement et de rendre un vrai service. Et oui gagner de l’argent c’est bien mais c’est le faire avec une philosophie différente. Et de toute façon j’étais incapable de savoir si on allait gagner plein d’argent puisque oui dans les chiffres quand je fais les tableaux bah je peux gagner 1 milliard aussi (il suffit de changer la virgule après le zéro) Donc ça voulait rien dire et et ça me prenait du temps, j’étais face à des gens qui comprenait pas forcément ce que je voulais faire et parce qu’on était sur un truc un peu différent, un peu nouveau, personne n’avait jamais fait avant non plus malgré mon truc c’est une feuille d’information avec des robots rigolo enfin qu’on entraîne, jeudi je suis éleveur de robot sincèrement personne n’a rien compris dès le départ donc aujourd’hui on commence à comprendre ce qu’on fait puisqu’on voit le chaos que devient l’information mais quand on avec ça on s’est dit on enlève pas d’argent parce que bah on va s’éparpiller on va essayer d’imaginer d’être ce qu’on va être dans deux ans alors que on était déjà en train d’essayer de faire un truc bien pour les gens aujourd’hui on va se concentrer sur le produit on est que deux de toute façon et on va s’y mettre à 200 % et puis tant pis si on se plante au moins on aura pas de regrets c’est comme ça qu’on l’a fait.

Il n’y a pas un échec soit je réussis soit j’apprends

Bah le vrai échec c’est de ne pas être allé jusqu’au bout en fait, de ne pas avoir mis tout ce que tu pouvais faire, tout ce que tu jugeais être capable de faire, pas tout et n’importe quoi, Tout ce que tu juges être capable de faire pour la réussite du projet donc on s’est dit on va pas échouer parce qu’on va aller au bout de ça. Et donc bah forcément donc on se retrouve avec 15 000 € de découvert sur le truc le projet prend du retard parce que le lancement bah on se descend mais et puis en fait c’est un juin et puis en fait c’est bientôt les vacances et donc là avec vraiment zéro trésorerie plutôt du découvert etc. donc un stress total et au moment de lancer le projet donc on fait un test une semaine avant pour voir si les tarifs prenait ou pas, on fait un test ce qui là n’est pas concluant parce qu’on avait pas assez de base de donnée pour avoir des bons résultats mais globalement c’était pas top donc là forcément panique totale j’étais plein de potes etc. tous me dit de faire un truc différent sauf Funcky à la fin me dit mais en fait non 1- de ce que je Comprends ton produit plaît bien tu n’as pas de problème d’offres tu as un problème il faut que tu fasses rentrer de l’argent donc tu as un problème de commercialisation de ton produit que les gens ne connaissent pas assez et puis t’as commencé un truc continue continue quoi va au bout de ça puis tu verras donc il te reste un mois tu as besoin de combien d’argent pour être à l’équilibre pour les trois prochains mois battant bah il faut que tu vendes temps c’était aussi concret que ça et c’est un des amis qui m’a donné ce conseil là qui était le plus bête et concret qu’on pouvait imaginer mais qui était justement ce dont on avait besoin c’est juste tu as besoin de combien bah fais tout pour et du coup je suis allé on a lancé comme on avait dit qu’on Ancer et après J’avais tant d’euros à aller chercher et ben je suis allé chercher à la main j’ai fini le 25 j’ai signé le dernier contrat et on a réussi à tenir ce qui nous permettait de tenir jusqu’après la rentrée et on a avancé comme ça donc du coup première étape réussie un peu bringuebalant mais première étape réussie et puis après la rentrée donc tout le monde tout le monde demander c’est bon ça marche ? et j’en savais rien puisque oui j’avais réussi à signer des contrats et c’était cool et on avait fait la première étape

Tu l’avais fait en mode mission

Mais est-ce que ça marche bien je sais pas on a encore un an à tester, À faire des choses à apprendre etc. mais je répondais mais au moins je suis fier de ce qu’on fait je suis fier du produit qu’on a petit à petit on a signé beaucoup de contrat avant la fin de l’année donc ça c’est bien beaucoup plus que ce qu’on avait imaginé ça nous a permis d’avoir au moins on a réussi le projet on arriver à l’équilibre la fin de l’année c’est déjà la première réussite

Et après quand on lâche prise parce que du coup tu étais un peu plus rassuré tu avais atteint ton résultat et après tu étais un peu plus détendu

C’est ça j’ai toujours été assez stressé mais ce qui m’a détendu c’est de me dire de toute façon le stress vient le stress est complètement irrationnel en fait donc il fait appel à des tas de trucs quand on essaye de creuser l’origine du stress en fait on se rend compte que c’est un amas de plein de trucs qui s’entrecroisent donc ça ne se règle pas d’un coup mais un des éléments qui moi m’a permis d’avancer et de ne pas paniquer parce qu’en fait d’arriver dans des moments de panique y’a trop de trucs je suis complètement crevé ça fait deux ans que je monte ce truc là et qu’on se paye peu et que ça marche ça marche pas dans tout ça il y a le stress le cumule la fatigue Plus le doute plus le syndrome de l’imposture enfin toutes ces conneries qu’on peut venir ajouter etc. qui font que le moyen d’avancer c’était de dire eh bien en fait on a un produit on sait que ça plait donc c’était déjà une bonne chose et donc on a besoin de tant pour avancer donc comment on récupère les tant? 

donc truc très concret

Et d’avancer en fait par étapes, trois mois après trois mois, Devant c’est vraiment par des petites étapes, des petites choses à faire et de ne pas partir sur des choses trop long donc du coup en fait on règle des problèmes très très concret, on avance et puis petit à petit on construit, on comprend et puis surtout on va au bout de ce qu’on fait en fait dès que tu lances un produit tu te dit toujours ou même tes potes disent toujours non mais tu devrais faire ça en plus et puis tiens t’as fait ça et pourquoi t’as pas fait ça ? t’as fait un truc qui passe par une newsletter et pourquoi pas un chatbot, bah parce que j’ai fait une newsletter et pourquoi t’as pas fait un chatbot Parce que j’ai fait une newsletter donc je vais pas refaire un chat botte maintenant ou je ne vais pas faire autre chose une application mobile etc. et en fait on vient toujours à changer ton produit à le modifier parce que tu n’as pas confiance en fait

Tu cours comme un poulet sans tête

Exactement tu cours partout tu finis à la saint à rien faire tu sais un petit peu comme les gens qui font la queue tu sais quand tu vas quand tu fais la queue au supermarché tu changes de file, c’est l’enfer puisque forcément tu changes de file, la file elle se met à se bloquer du coup je vais aller à droite

Les embouteillages c’est pareil

Donc une fois jamais, moi c’est mon père qui m’a dit ça, il était chirurgien et quand on est chirurgien on a la vie des gens entre ses mains, au bout de son bistouri il m’a dit quand tu te plantes ou si tu ne sais pas si tu t’es planté, il faut toujours persévérer dans l’erreur parce que sinon tu vas fait encore plus de conneries donc au moins tu sais où tu vas tu continues donc pas jusqu’à tuer la personne mais si tu as fait un tracé comme ça vaut mieux continuer que d’essayer de réparer au dernier moment etc. donc persévérer dans l’erreur ça veut dire persévérer jusqu’au moment évidemment où tu constate l’erreur et que là il y a un vrai problème, ça veut dire en fait si tu as un doute sur quelque chose, il faut continuer et si jamais tu lance un produit et tu te dis il faut que je change déjà quelque chose avant même de l’avoir vendu dans ce cas là tu n’as pas confiance dans ton produit dans ce cas là c’est un produit essaie de le vendre au maximum et après trois mois après une fois que tu as bien vendu tu regardes Bon bah finalement j’ai pas aussi bien vendu que je le pensais donc il faut que je change quelque chose et je pense que vouloir sans arrêt bouger en permanence c’est bon je suis à Gilles je réponds aux gens mais en fait les gens ne savent pas ce qu’ils veulent donc je pense qu’il y a vraiment, on a vraiment appris

Il faut avoir une vision claire

Il faut avoir une forme de ténacité en tout cas et une vision mais en fait la vision t’as jamais la vision parfaite de ce qui doit être parce que entre la vision et la réalité il y a plein de réglages mais au moins je pense une persévérance dans l’idée de fait quelque chose, mais le sur le marché, regarde comment ça fonctionne, va jusqu’au bout de la démarche en fait et ne doute pas en permanence et ne change pas d’avis avant même d’avoir mis le produit. Une fois que tu as mis le produit sur le marché je ne suis pas un très bon conseil d’entreprise mais je ne suis pas un grand businessman mais au moins ce que j’ai appris c’est que quand tu mets quelque chose sur le marché ben tu vas jusqu’au bout de cette démarche Il faut attendre un certain temps que les gens comprennent ce que c’est, attendre d’avoir des feed-back et il y a un temps c’est là où je dis il faut savoir ralentir aussi parce que finalement en accélérant dans tout l’essence tu auras fait plein de trucs, tu as relevé plein d’argent, des pensées plein de fric etc. et en avançant très lentement et en faisant les choses les unes après les autres et en essayant d’aller au bout de chaque démarche je pense qu’on apprend autant et on a dépensé mon argent

Tu prêches une convaincue là

Avec le slow justement là

Oui bah c’est ça justement c’est des petits pas

Alors le slow comme ralentir et en même temps c’est quand on dit c’est facile et quand on le fait c’est pas forcément simple parce que on a toujours on a toujours le stress de ne pas en faire assez le stresse de ne pas aller assez vite le stresse de perdre du temps puis le monde nous rappelle ça toujours

Oui à midi tu me parlais justement du livre, du fait de faire son lit c’est-à-dire que le soir tu peux arriver et te dire que ta to-do-list était justement trop longue, tu n’as pas assez

Oui c’est le livre d’un patron des Black Ops Ou des navy seals je ne sais plus, je crois que c’était des navy seals plutôt enfin un truc américain, très opérationnels armés américains mais qui sont très efficaces mais je ne suis pas du tout pro, enfin je ne suis pas sensible à l’armée militaire je n’ai même pas fait mon service militaire mais par contre le bouquin s’appelle si tu veux réussir ta vie apprend à faire son lit C’est ça et tu disais finalement que c’était cette petite action si déjà tu le faisais le matin même si dans la journée ne se passe comme prévu parce que rien ne se passe jamais comme prévu, tu as au moins fait un truc, tu es au mange un truc bien et tu sais que et ça rejoint après voilà le soir, la gratitude se dire, au moins ça c’est fait donc c’est peut-être pas grand-chose mais c’est un petit pas

C’est ça et en même temps c’est compliqué parce qu’on n’est pas que des navy seals, on est aussi des créatifs Et donc on a aussi besoin d’une part de chaos et si tu regardes le parcours de ta vie tout ce que tu as fait, il n’y a rien qui s’est vraiment forcément toujours passé comme prévu et puis souvent des grands trucs sont venus de moments (du pire chaos) imprévisibles En fait moi je sais qu’il y a des trucs qui sont passés vraiment alors je pense que si j’avais passé ma vie à faire du yoga et de la méditation tous les matins et à manger Vegan et rester à me coucher le soir et à faire le miracle morning comme on dit en ce moment je pense qu’il y a plein de choses que je n’aurais pas faite en fait. Y a-t-il des choses que j’aurais faite que je n’ai pas fait mais en tout cas je me suis rendu compte qu’en fait on a aussi besoin d’une forme de chaos je mets cela entre guillemets, une forme de chaos pour que les choses émergent puisque en fait la vie n’est pas tracée, la vie ce n’est pas un algorithme et un bouquin pour réussir sa vie c’est comme un algorithme qui est plein de biais Donc ça sert à rien de suivre les bouquins pour réussir sa vie pour essayer de faire pareil en fait on est différent la vie est ultra complexe il y a plein de choses qui arrivent puis d’abord c’est quoi réussir sa vie est-ce que tu sais déjà ce que c’est qu’être heureux donc je veux dire qu’est-ce qui te rend heureux donc tu mettras peut-être du temps à répondre mais par contre le chaos Ça c’est un autre ami qui me dit ça qui est artiste je lui ai dit mais toi en même temps besoin de cadeau mais comment on fait parce que quand c’est le cas ou c’est le bordels ma fille ne peut pas être un chaos donc je comment je gère en fait à la fois je fais mon lit le matin comme les navy seals et en même temps j’ai suffisamment de chaos dans ma vie pour être créatif, pour avoir des rencontres imprévues, de la synchronicité etc. et il m’a dit mais le chaos ça s’organise aussi donc c’est s’organiser des moments où tu peux être plus en ouverture ou tu vas provoquer des rencontres etc. Et tout le travail que j’ai fait depuis un an qui est passé par plein d’étapes ça a été d’arriver à à me comprendre moi essayer de pouvoir à la fois avoir ces moments de force, de régularité etc. puis ces moments aussi de chaos qui suscite des rencontres donc ça passe par plein de choses ça passe par déjà travaillé moins

Parce que en fait moi j’ai une tendance à en faire trop, à travailler trop et avoir plein d’idées et à lancer plein de trucs en même temps

Donc ça déjà on perd de l’énergie c’est peut-être super rassurant et tout le monde va te trouver quelle énergie waouh c’est trop bien etc. mais en fait bon à part ça c’est relou donc du coup comment tu fais ça donc je me suis interdit de bosser un jour par semaine je ne bosse pas sur le projet donc c’est chiant du coup ça fout une pression de malade sur le reste mais j’essaye de ne pas finir trop tard le soir non plus pour me lever plus tôt etc. sachant que tu peux bouger ses règles là tu as une règle de base tu as 15 de temps en temps pour avoir un peu de liberté sinon c’est chiant à toujours un petit peu d’école buissonnière dans l’école

Il y a ça après j’ai fait donc ça c’est le truc le plus important parce que tu te dis qu’est-ce que je fais de ce jour où je ne travaille pas donc le vendredi du coup je me suis dit je vais mettre au service des gens donc je vais donner des conseils donc c’est là où on a appelé le vendredi en général le matin pour l’après-midi je peux être disponible et du coup ben jade et en fait je me suis rendu compte que même quand j’étais ultra stressé et prépare des trucs aider, donc je fais du bénévolat mais ça peut être aider un pote dans sa boîte assister à une réunion aider des gens dans leurs projets moi ça résout mes propres problématiques très souvent c’est concis avec des problèmes que je me pose moi-même donc en fait même si j’étais que égoïste en fait ça me fait fonctionner différemment c’est aussi un moment où tu peux aller au théâtre, voir une expo, voir tes enfants voir ton amoureux c’est la même chose et ça c’est le premier truc que j’essayais de faire, ce n’est pas simple il faut s’imposer en culpabilise beaucoup aussi vu qu’on travaille moins le deuxième truc c’était le syndrome de l’imposture ça c’est comment est-ce que on passe ce truc là bah déjà il suffit de se le dire et de bien le penser et après on règle ce problème là Parce qu’il est complètement irrationnel Et puis très personnel et puis le troisième c’était comment est-ce que j’arrive à supprimer mon stress ou au moins au maximum je m’en suis rendu compte ce n’est pas tant le manque de rigueur, le manque de travail le manque de vision tout ce que tu veux de chance qui nous freine le plus ou nous empêche d’aller plus loin ou d’accélérer dans ce qu’on va faire, c’est le stress je trouve que le stress est un truc terrible

Ça bloque (rires)

Ça fatigue ça bloque ça rend malade ça nous rend agressif ça nous fait prendre des mauvaises décisions on somatiser aussi c’est le truc le pire du monde le stress et le sommeil donc il faut bien dormir et ne pas stresser et donc du coup pendant quelques mois je me suis imposé donc du coup ça me paraît bizarre parce que je suis entrepreneur donc je devrais avoir des priorités qui sont liés à l’entreprise nous la priorité la plus haute priorité c’était de faire baisser le stress donc dès que je prenais une décision c’était est-ce que cela fait baisser mon stress ? Si ça s’est pas vu c’est mon stress je ne prends pas et alors ça paraît bizarre mais en fait après tu ne fais pas ça tout le temps mais après deux mois effectivement je me suis donné des KPI Des indicateurs clés de performance comme on dit chez les marketeux et voilà est-ce que mon stress ABC chaque mois et bien mon stress ABC chaque mois et ma situation, la situation financière de l’entreprise était meilleur mais on a toujours trois mois de vie devant nous comme toutes les start-ups qui n’ont pas lever d’argent on a toujours des inquiétudes des trucs, on a pas validé encore tout le modèle tout ça, donc j’ai les mêmes problématiques un peu moins mais les mêmes problématiques il y a six mois où j’étais hyper stressé sauf que je suis moins stressé donc même problème mon stress en fait c’est plus cool finalement je prends de meilleures décisions

Et tu auras de meilleurs résultats après

Et finalement je suis moins dans l’urgence parce que en fait quand tu es passé par plein d’épreuves aussi, de moments de galère de trucs que t’étais même vraiment sur la taille tout ça et que tu te rends compte que finalement les solutions les trouves toujours l’important c’est de garder la foi quelque part dans ce qu’on va faire bah en fait y’a un problème je le réglerais demain c’est pas grave et donc j’ai appris à procrastiner et c’est un truc incroyable tu ne fais pas les trucs en fait

Je dois faire ça mais en fait je sais pas je vais attendre demain quoi tu sais le truc que tu ne fais pas en fait

Je vais respirer, je vais prendre du recul

Et à la fin le truc tu ne le fais pas du tout parce que en fait ça ne servait à rien

Bah oui

Et pendant ce temps là tu vas avancer sur d’autres choses et tu as eu des idées donc tout ça c’est des très mauvais conseils à donner aux entrepreneurs mais en fait moi j’ai dû passer par là et ça nous rend tous coupable mais c’est comme il y a plein de trucs qu’on aime faire et qu’on a honte de dire c’est cool de se mater une série pendant deux heures et parce qu’on est là comme ça on bouge pas et on passe la journée de dimanche alors qu’il fait beau et des fois ça fait du bien pas tout le temps mais des fois ça nous libère aussi et puis et je crois qu’il faut être indulgent avec soi-même en fait et de toute façon notre être, notre corps, notre esprit c’est un outil et quand tu veux faire un bol, mon entreprise est un bol et ben Et ben moi j’ai un outil qui est moi et donc si t’as un outil qui est un peu rouillé est un peu cassé un peu comme ça un peu trop long tout ça et bien tu fais avec tu ne fais pas le même vol donc tu ne travailles pas de la même manière donc c’est l’humilité qu’il faut avoir je trouve par rapport à soi-même

Et parfois on peut mieux gérer sa boîte en étant moins présent parce que les gens trouve des solutions plutôt que tout le temps nous solliciter ou ou à chaque fois tout repose sur nous et c’est vrai que parfois on part une après-midi et effectivement les gens trouve des solutions et voilà c’est bien mieux

Oui c’est un peu ce que j’avais fait quand j’étais au post .fr donc je piloter le post .fr qui est un média qui a été créé en 2007 par le groupe Le Monde et donc en fait je vais petit à petit supprimer mon rôle donc j’étais directeur du média directeur de la rédaction et donc j’ai supprimé mon poste déjà mon rôle en tout cas donc les gens prenait les décisions entre eux et après j’ai supprimé le rôle du rédacteur en chef adjoint puisque je trouvais qu’il était bon enquêteur j’en ai besoin d’enquête et donc du coup les gens s’auto-corrigeaient les uns les autres on avait mis en place des systèmes tout le monde était absolument effrayé c’était l’enfer et en fait ce qui était dingue c’est que ça marche de la même manière et les gens te sollicite moins puisque souvent les gens t’envoie un mail ou te disent est-ce que je peux te voir parce qu’ils ont un problème à régler mais en fait si tu les vois pas en fait le problème il le règle même dans 80 % des cas donc en fait je pense que dans peut-être pas mal de situations de management il y a des managers qui servent à rien et qui finalement ne font que remettre du stress et ils font sorte que les solutions ne se trouvent pas

J’en ferai pas une généralité parce que ce serait prétentieux mais c’est intéressant de se poser la question

Non mais après les entreprises libérées ont un fonctionnement

Oui c’est le principe des entreprises libérer alors qu’ils ont aussi leurs défauts mais en tout cas c’est intéressant de tester ces choses là parce que on se rencontre quand même on a peu d’énergie dans la journée qui est plus ou moins grande selon le niveau de stress et donc on peut pas tout faire on peut pas non plus tout faire dans la vie et puis à la fin on meurt et puis en plus on peut mourir demain en plus en dehors de ça on a notre famille nos enfants nos amis L’argent les loisirs et puis le travail donc toutes ces choses là bah qu’est-ce que tu mets en premier je ne sais pas mais on peut pas tout gérer tout en même temps donc en fait quand on fait le point de tout ce qu’on gaspille comme énergie pour faire des trucs qui nous rassure pour correspondre à un modèle et parce qu’on se rassure par rapport à ce que nous renvoie les autres ou pour faire des choses qui nous rassure nous-mêmes parce qu’on a besoin de faire quelque chose pour se donner l’impression de régler un problème alors que des fois le problème ne se règle pas où il faut du temps pour le régler et puis c’est d’autres choses qu’il faut faire et puis des fois on accepte pas la merde qui nous tombe sur la tête en fait donc du coup On s’agite alors que bah ça nous tombe sur la tête par exemple t’es malade t’as un truc à rendre demain t’es malade bah t’es cloué au lit quoi était cloué au lit est malade bah tu fais pas le truc des fois il faut accepter que tu ne peux pas toutes façons si demain t’es renverser par une bagnole et que tu meurs bah tu ne le feras pas le truc non plus donc en fait il y a des trucs qui nous arrive dans la vie qu’il faut arriver à accepter et prendre on gaspille ça nous pousse en tout cas remettre en question l’énergie qu’on gaspille dans tout ce qu’on fait et qui nous laisse penser qu’on est actif et qu’on est des combattants et que on se bat sur la vie etc.

C’est ça respirer voir le sens les priorités et puis accepter que rien n’est parfait

Ça c’est une grande règle Après on peut aussi faire de la méditation et le yoga c’est vachement bien aussi ça aide énormément on peut faire aussi mais en fait je dirais quelque part c’est pour qu’on fait des méditations pour qu’on fait du yoga c’est pas parce que tu prends ce n’est pas parce que tu manges vegan, que tu manges tous les jours que tu deviens…  moi j’ai un pote une fois qu’il s’était mis à manger cru parce que tous les produits transformés c’était pas bon il me dit ouais du coup je suis plus heureux et pendant trois mois il me répétait tous les matins qu’il était heureux mais je lui ai dit arrête de répéter que tu es heureux parce que ça ne se voit plus et en fait ce n’est pas ce qu’on mange, On dit souvent ce qu’on mange ce qu’on fait est un signal de ce qu’on est. Si on boit trop si on prend de la drogue si au contraire on fait de la méditation c’est un signal de ce qu’on est de notre recherche donc l’important c’est de savoir où on va ce qu’on veut faire et ce qu’on fait et après puis après on fait de la méditation on va faire du bateau on devient bouddhiste ou on devient entrepreneur peu importe chacun sa voix quoi 

OK merci merci Benoît 

merci merci pour la discussion j’espère ne pas avoir trop parlé (rires)

Non c’est vrai que tu as dit plein de choses 

Je devrais m’écouter moi-même parce que je trouve ça vachement intéressant faudrait peut être que je m’applique à moi même ce que je dis en fait un peu plus je devrais écouter ce podcast en me disant ce n’est pas moi qui le dit en fait

et voilà tu sais que souvent les conseils qu’on donne aux autres c’est ce qu’on devrait s’appliquer soi-même

ça c’est une grande règle c’est la règle des cordonniers merci

merci à toi