60 % des entreprises recherchent des collaborateurs qui apprécient le travail en équipe. Rappelons que le travail d’équipe désigne le fait pour un groupe de personnes de travailler ensemble pour atteindre un objectif spécifique. Or, un groupe se compose nécessairement de personnalités très différentes. Alors, comment les soft skills impactent-elles le travail en équipe ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cet article.

Quels sont les enjeux du travail en équipe ?

Si les employeurs sont à la recherche de collaborateurs capables de travailler en équipe, ce n’est pas un hasard. Le travail d’équipe présente de nombreux avantages pour l’entreprise, mais aussi pour les salariés.

En effet, le travail d’équipe permet d’installer un sentiment d’appartenance d’un groupe en développant la cohésion. Il s’agit d’un puissant levier de performance. Les membres de l’équipe qui se sentent investis d’une mission et entourés, sont plus motivés et gèrent mieux leur stress grâce à l’entraide. 

Par ailleurs, le travail en équipe permet de profiter des compétences et des connaissances de chacun pour trouver une solution créative. Les avis peuvent s’affronter (toujours dans le respect de l’autre) et les idées se challenger. 

Au-delà de l’efficacité du travail en équipe, on constate également que cela permet de faire grandir le collaborateur. Il monte en compétence en échangeant avec les autres.

Par ailleurs, travailler en équipe permet de répartir les tâches pour rendre le projet plus digeste. Chacun se concentre sur les tâches qui lui ont été confiées. La charge de travail moins lourde offre la possibilité d’être plus concentré et moins soumis au stress, donc d’être plus efficace.

Toutefois, pour que le travail puisse porter ses fruits, il est nécessaire d’obtenir la collaboration de tous les participants et de fixer des règles de fonctionnement afin de concilier les opinions divergentes et les différentes personnalités.

Quelles sont les soft skills les plus utiles pour travailler en équipe ?

On comprend alors aisément que pour qu’un travail d’équipe soit productif et se passe dans les meilleures conditions possibles, les participants au projet doivent certes avoir des compétences techniques, mais aussi faire preuve de savoir-être. Ainsi, manager et collaborateur doivent être dotés de certaines compétences personnelles, c’est-à-dire de certaines soft skills.

Le premier prérequis pour bien travailler en équipe est le sens du collectif. Cela implique d’être capable de faire passer les intérêts du groupe, et donc l’atteinte de l’objectif, avant ses intérêts personnels. Avoir le sens du collectif nécessite de savoir coopérer, de transmettre les informations correctement, et de partager le mérite.

D’autre part, l’écoute et la communication sont les bases essentielles d’un travail d’équipe performant et agréable pour tous.

Ainsi, l’écoute active permet d’encourager chacun à s’exprimer car il se sent dans un environnement de confiance où il ne sera pas jugé. Elle permet également de reformuler les propos des autres membres pour s’assurer que l’on a bien compris leurs propos. Avoir une importante capacité d’écoute évite donc les quiproquos et autres incompréhensions qui peuvent ralentir l’avancement du projet ou être à l’origine de certaines tensions.

La communication quant à elle, qu’elle soit écrite, verbale ou non-verbale, vient compléter cette capacité d’écoute. Il s’agit alors de la capacité à faire passer un message clair et compréhensible par tous. Elle est très utile dans le cadre du travail d’équipe puisqu’elle favorise les échanges, désamorce les conflits, et de négocier pour parvenir à un consensus.

En outre, une bonne communication est plus efficace et intéressante pour l’équipe si elle est accompagnée de l’intelligence émotionnelle et de l’empathie. En effet, l’empathie permet de comprendre ce que ressent l’autre, et l’intelligence émotionnelle permet d’adapter son comportement en fonction de la situation identifiée.

Chacune de ses soft skills permet d’évoluer dans un climat de bienveillance, où chacun se sent compris et respecté.

Enfin, pour mener à bien un travail d’équipe, le leadership est une qualité appréciée. Toutefois, il faudra veiller à désigner un chef de projet dès le début, car il se peut que ce ne soit pas la personne qui ait le plus de leadership naturel qui soit à la tête du projet. Ce qui peut constituer une source de conflit dans l’équipe. 

Le travail en équipe revêt de nombreux enjeux pour les collaborateurs comme l’entreprise. Pour que l’équipe puisse être performante, elle doit être constituée de manière équilibrée, c’est-à-dire en tenant compte de la personnalité de chacun des membres. De plus, le manager ou le chef de projet doit prendre son rôle de facilitateur à cœur. Les soft skills impactent donc le travail en équipe de différentes manières.