J’ai perdu 40 millions d’euros et j’ai découvert une vie pleine de sens, voici le titre du livre écrit par

Ludovic Breant
La résilience (qui est la compétence agile ou la capacité à rebondir après une crise) fait partie des soft skills à développer pour prendre sa place et s’adapter dans le monde d’aujourd’hui ou de demain.
Lors d’une rencontre improbable (en avril 2019), j’ai sorti mon micro pour enregistrer cette interview inspirante et aborder les clés de la résilience et d’une vie pleine de sens.
A écouter pour se libérer de ses angoisses face à l’avenir incertain de son entreprise ou de son activité

RETRANSCRIPTION

Bonjour Ludovic, 

Bonjour. 

Donc justement on s’est rencontrés par hasard, tu venais prendre un café et je t’ai intercepté en chemin (rire) Tu as écrit, entre autre, un livre, qui s’intitule “J’ai perdu 40 millions d’euros et j’ai découvert une vie pleine de sens”.  


J’ai pris une grosse claque professionnelle il y a 6 / 7 ans et voilà le court échange qu’on a eu avant j’étais en train de te dire que ça a été vraiment une épreuve pour moi terrible alors que chacun d’entre nous vit des épreuves différentes, moi c’était le dépôt de bilan d’autres personnes ça doit être une séparation une maladie grave un burn out un licenciement peu importe. Mais moi ce que je pense c’est que derrière ça il y a un cadeau et il y a certainement un changement, un changement pour le mieux. Donc faut aller chercher en fait peut être la cause de notre problème. De mon côté la cause de mon dépôt de bilan c’était pas la crise des subprimes, comme techniquement je pourrais le dire mais c’était que je n’étais pas à la bonne place, je n’étais pas, en fait j’avais pas trouvé ma raison d’être et le cadeau que j’ai découvert c’est que derrière cette épreuve, aujourd’hui je mène une vie qui me fait envie, voilà je me fais plaisir. C’est un truc qui était complètement oublié. En fait j’étais parti dans une telle soif de développement, de boulimie d’acquisitions etc. Je m’étais oublié et aujourd’hui ma boussole c’est déjà de me faire plaisir. Donc tu vois c’est voilà… on se rencontre  ça me fait plaisir d’échanger avec toi, c’est sympa. 

(Moi aussi, je voulais te voir en plus)  

C’est cool et donc on passe un bon moment ensemble. Et voilà ça, ça c’est la vie, c’est quelque chose que je ne me serais jamais autorisé il y a encore quelques années.  

Il n’y avait plus de joie… tu as été entrepreneur du coup pendant… enfin tu l’es toujours parce que tu as des activités, mais du coup tes entreprises, ça faisait combien de temps que tu les avais créées ? 

Alors moi je suis un multi-entrepreneur parce que j’ai créé une centaine d’entreprises dans ma vie une de mes entreprises je l’ai introduite en bourse je l’ai vendue ensuite je suis devenu un des plus jeunes entrepreneurs de France à faire fortune et voilà (tu avais quel âge?) j’avais 36 ans et suite à ça donc tout le monde me conseillait de profiter de la vie, de ma famille. J’ai voulu repartir dans une boulimie encore de développement, j’ai recréé un groupe avec, donc en fait en cinq ans ce groupe il a compté 500 personnes, 80 millions d’euros de chiffre d’affaires en commençant à zéro, et … mais je n’étais pas à la bonne place.  


J’avais du succès professionnel donc je n’étais pas malheureux parce que j’étais grisé en fait, grisé par le succès (l’adrénaline et tout). Mais en fait je n’étais pas, je n’étais pas à ma bonne place ouais. J’ai compris après, c’est le cadeau que j’ai découvert après.  

Ok et donc tu disais que tu as mis 2 ans 

Oui j’ai mis 2 ans à me relever de ça. Je suis tombé très bas. Je suis allé à la rencontre de… thérapeutes, à la rencontre de philosophes, de chamanes  puis  je suis allé à la rencontre de pleins de stages  

(tu ne t’es pas replié sur toi même)  


Au début oui (parce qu’au début, beaucoup font cela) oui au début oui puis après heureusement j’avais mon environnement proche qui m’a poussé, enfin qui m’a aidé à sortir un peu de mon isolement. Et voilà je suis allé à la rencontre de plein plein de personnes dans le développement personnel et j’ai rencontré vraiment des belles personnes. Et là j’ai commencé à me reconstruire progressivement.  


Et aujourd’hui je mène toujours une vie d’entrepreneur puisque j’ai ça en moi, j’ai ça dans mon ADN (oui mais tu mets la joie) oui et du sens (du sens) et du sens donc la moitié de mes activités, sur mes activités plus anciennes je dirais liées à l’immobilier et à l’hôtellerie, on a encore des  hôtels. Et puis l’autre partie de mon activité, 50% de mon  activité c’est la contribution. C’est ce qu’on fait là tout de suite c’est partager mon message, c’est  de partager quelques clés aussi qui m’ont permis de rebondir.  

Oui, c’est important de communiquer c’est vrai que, on s’aperçoit que les gens parlent peu de l’échec. Enfin en France. On ne valorise pas du tout l’échec (oui) 

Et j’ai, alors il y a une association qui s’appelle 60.000 Rebonds, je ne sais pas si tu en as entendu parler en France. J’ai fait une conférence il y a un mois chez eux dans la Drôme et c’était passionnant de voir ces personnes justement qui sont en échec mais qui sont, enfin qui ont connu un échec, enfin moi je n’appelle plus cela un échec, j’appelle cela une expérience (une expérience c’est exactement cela) et c’était vraiment passionnant de voir les yeux qui commençaient à pétiller, retrouver de l’espoir et ça c’est, ça c’est top.  

Oui oui j’ai été en contact avec eux parce… alors 60 000 rebonds c’est parce que justement il y a 60 000 personnes concernées par an. Et alors moi j’ai un lieu dans la Sarthe (72) et ils n’ont pas d’antennes. Justement j’aimerais, je travaille pour aider les entrepreneurs. Parce que on est pas forcément obligés d’attendre, on peut leur apporter des clés et communiquer là dessus. Dans ce lieu, c’est ce que je suis en train de faire depuis des mois (génial)  


 

En fait le secret et peut être la leçon de tout ça c’est comment faire pour ne pas vivre l’épreuve (oui) 


Alors si on doit y passer par cette épreuve je pense que c’est ok aussi, quand on ne comprend pas les messages. De mon côté j’ai eu plein de signes en fait j’ai eu pleins de signes (on ne veut pas les voir) 

Ouais ouais c’est ça et je ne les ai pas vu, des signes que m’envoyait la vie. J’ai failli me noyer par exemple par moments des choses comme ça. Et je n’ai pas compris le message. Et comme je n’ai pas compris voilà l’univers m’a envoyé un message qui m’a secoué, vraiment dur (rire) pour me faire comprendre.  

Et du coup est ce que tu as des clés à partager? Justement qu’est ce qui a été un déclic ? ou pendant ces deux ans, une parole  qui t’a peut être plus touché ou inspiré ? (hum) Je sais ce n’est pas simple comme question (non c’est une bonne question) 
Non ce que j’ai, ça a été un cheminement progressif pour reprendre confiance en moi. Et puis trouver du sens à ma vie. Si peut être. Peut être.  

Ce qui me vient là c’est la raison d’être. C’est comment, cest comment identifier sa raison d’être. Parce que si on vit des choses comme ça c’est qu’on n’est peut être pas à la place, à notre bonne place. Et ouis c’est ça. Comment identifier sa raison d’être? Qu’est ce qu’on est venu faire sur cette terre? et se poser les bonnes questions, on peut se faire accompagner ou il y a différentes questions qui peuvent nous aider, par exemple une question que j’ai proposé à la conférence de 60 000 rebonds “Si vous aviez tout l’argent que vous voulez, si vous aviez un milliard d’euros, si vous aviez toute confiance en vous, si vous aviez tout le temps nécessaire, qu’est ce que vous faites?”  (interruption par la serveuse, commande de café) 

Désolé, je ne sais pas s’il y aura des coupures 
C’est pas grave, il n’y a aucun souci, c’est la vie la vraie justement c’est cela qui est intéressant 

Et donc en posant cette question, ouais j’ai vu les yeux s’éclairer. J’ai vu des décisions se prendre aussi parce que les personnes qui commencent, alors au départ on ne voit pas, surtout quand on est quand on est un petit peu au fond du trou quand on n’est pas bien. Et puis progressivement si on va vraiment chercher au fond de soi la réponse on s’aperçoit qu’il y a des choses qui s’ouvrent. Alors il y a des personnes qui m’ont dit si j’avais tout l’argent, si j’avais 1 milliard d’euros je partirais demain je ferais de l’humanitaire, je créerais une association pour aider telle ou telle personne. Et voilà et ça c’est peut être vraiment son chemin et la voie à prendre. Quand on a compris ça on peut réorienter sa vie lui donner du sens et ça change tout.  

Ouais ça c’est vrai, souvent les gens pensent d’abord aux considérations, c’est vrai que si on leur dit  si demain tu as plein d’argent ou tu reçois 100 000 euros, un million les gens se disent je rembourse des crédits je fais ci, je fais ça, j’achète une voiture C’est la première chose mais c’est vrai que si on creuse plus loin, qu’est ce que tu ferais si tu avais encore plus d’argent (C’est ça) Et c’est là (c’est ça) où on trouve la solution parce que tout le monde pense que ça ce serait mieux si justement on n’avait pas de pression financière et tout alors que ce n’est pas le cas  

C’est ça et  à partir du moment où quand on a tout l’argent qu’on veut et toute confiance en soi aussi on fait la même chose que ce qu’on fait aujourd’hui, Là on est aligné et on est vraiment sur son chemin (c’est ça) 

(rires)  
Merci beaucoup Ludovic 

Avec grand plaisir  



Retrouvez Ludovic Bréant
sur son site www.ludovic-breant.fr