Je suis nul. Je suis un incapable. Je n’arrive jamais à rien. Je suis inutile. Ce sont des paroles très dures, non ? Et pourtant de nombreuses personnes, dont vous faites peut-être partie, ont ce fâcheux automatisme d’être terriblement critique envers eux-mêmes. Ces personnes qui disent d’elles-mêmes des choses négatives au plus haut point, souffrent de dépréciation de soi.

Ce phénomène est intimement lié à l’estime de soi. Il est cependant possible de déconstruire peu à peu ce schéma nocif.

Qu’est-ce que l’autodépréciation ? Définition

La dépréciation de soi ou autodépréciation est une forme extrême d’autocritique.

La personne qui en souffre donne une place tellement importante à ses défauts qu’elle émet des jugements terriblement durs et négatifs à son encontre. Elle laisse totalement ses qualités de côté.

Elle se dévalorise elle-même au point de se qualifier de “bon à rien” ou d’ “incapable” de manière globale, dans tous les domaines de sa vie.

Elle devient son meilleur ennemi tout comme dans l’auto sabotage.

La dépréciation de soi : l’un des premiers symptômes d’une faible estime de soi 

Cette faculté à parler aussi mal de soi et à être profondément convaincu que cette vision est la réalité, est l’une des manifestations criantes d’une faible estime de soi.

L’estime de soi est l’évaluation de sa propre valeur en tant qu’être humain. Il s’agit de la valeur globale que l’on s’attribue. Elle se construit dès l’enfance *voir vidéo en fin d’article

Lorsqu’une personne manque d’estime de soi, elle est sans valeur à ses propres yeux ou au regard des autres (selon elle).

L’estime de soi se distingue de la confiance en soi qui est davantage liée à nos compétences dans un domaine précis.

L’autodépréciation est donc l’expression d’un manque d’amour pour soi et de l’absence de l’acceptation de soi.

Comment améliorer son estime de soi ?

Si vous avez tendance à vous dévaloriser de manière récurrente et donc à vous autodéprécier, vous allez devoir entamer un travail sur l’estime de soi pour sortir de cet engrenage négatif où chaque pensée, chaque parole, chaque jugement émis à votre encontre vient renforcer vos croyances limitantes.

Ce travail va vous apprendre à faire preuve de tolérance envers vous-même. Cela implique notamment d’arrêter de se comparer aux autres systématiquement et de prendre soin de soi.

L’auto compassion est également une méthode qui peut vous aider. Il s’agit alors de faire preuve de compassion envers vous comme vous le feriez avec l’un de vos proches. La première étape est d’admettre et d’accepter qu’il existe bel et bien une souffrance et ensuite d’avoir le profond désir d’aider la personne qui souffre, c’est-à-dire vous !

Cette méthode de l’auto compassion repose sur trois piliers :

  • la bienveillance envers soi-même donc être compréhensif envers soi, tolérant ;
  • la reconnaissance de sa propre humanité, car en tant que tel il est normal d’avoir des sentiments et des émotions et non vous n’êtes pas le seul dans ce cas ;
  • la pleine conscience pour accueillir sans jugement vos pensées, vos émotions, vos expériences.

Se sentir nul sur le moment quand on ne parvient pas à accomplir une tâche spécifique est une chose. Se sentir nul en permanence, se juger négativement en continu et se traiter de looser, en est une autre. C’est de la dépréciation de soi qui vient à chaque instant abîmer un peu plus votre estime de vous. Oseriez-vous vous adresser à un ami de la manière dont vous parlez de vous ? Ce n’est qu’en prenant conscience de ce mécanisme que vous pourrez le déconstruire et apprendre à vous juger avec davantage de bienveillance.