Tout savoir sur « l’art subtil de s’en foutre » !

 

Vous avez toujours rêvé de vous en foutre ? De n’avoir aucune prise de tête ? D’être bien dans vos baskets sans que l’on vous regarde de haut en bas ? Si vous avez encore du mal avec cela, « l’art de s’en foutre » pourrait certainement vous aider ! Prêt à en apprendre plus ?

 

Une histoire vraiment prenante qui pourrait arriver à n’importe qui !

 

Dans les librairies « l’art subtil de s’en foutre » de Mark Manson est très populaire. En effet, c’est un livre rempli d’anecdotes qui permet d’avoir une vision bien plus positive du monde actuel. Mais tout commence par l’histoire d’un homme, appelé Charles Bukowski. Alcoolique, dragueur, accro au jeu, mais également plutôt radin, Charles Bukowksi est tout simplement un poète. Finalement, beaucoup de personnes arrivent à se mettre dans la peau de ce fameux Charles qui aurait tout pour réussir, mais qui peine parfois à mener sa vie comme il le voudrait.

Mais il faut aussi savoir que Mark Manson fait passer ce personnage pour la dernière personne sur Terre à qui nous pourrions demander conseil. Mais nous ne pourrons pas non plus le citer dans un livre de développement personnel. En fait, Charles Bukowski est très mal vu par son auteur, mais ce dernier pourrait ressembler à de nombreuses personnes à travers le monde.

Mais revenons à Charles Bukowski. Cet homme passe son temps à écrire et à enchainer les échecs. Jusqu’au jour où une maison d’édition lui donne sa chance. En peu de temps, il devient un poète de renom. En d’autres termes, il incarne réellement le rêve américain. Il se bat pour obtenir ce qu’il souhaite sans jamais oublier et  abandonner. Il veut réaliser ses rêves les plus fous.

Mais pour l’auteur Bukowski ne réussit pas grâce à son talent, mais plutôt parce qu’il est conscient d’enchainer les échecs depuis plusieurs années. Pour Mark Manson, Bukowski est tout simplement un raté qui a réussi à sortir son épingle du jeu, grâce à cela.

 

Une société centrée sur nos manques mais qui crée beaucoup de frustrations

 

Si Mark Manson met l’accent sur Charles Bukowski, c’est aussi pour en tirer profit. En effet, à l’heure actuelle, nous vivons dans une société où l’on veut tout, tout de suite. La patience n’a plus sa place au sein de notre société. En effet, lorsqu’on veut une information, Internet est là. Lorsqu’on veut manger, de nombreux restaurants sont à proximité pour que l’on puisse se restaurer. Bref, notre société actuelle est centrée sur nos manque, mais elle est aussi créatrice de frustration.

Et pour cause, combien de fois avons-nous été frustré de ne pas avoir une information rapidement ? Ou tout simplement d’attendre à la caisse que la petite dame âgée devant vous trouve ses pièces de monnaie ? Nous vivons dans une société qui vit à deux cents à l’heure sans se soucier de ce qui pourrait se passer. Mais lorsqu’on n’obtient pas ce que l’on souhaite, on est bien souvent frustré et ce n’est pas agréable.

Mark Manson l’a bien compris et au travers de son livre « l’art subtil de s’en foutre », il affirme qu’il ne faut jamais essayer d’en vouloir davantage et que tout vient à point à qui sait attendre. Notons également que Mark Manson ira même jusqu’à expliquer qu’il vaut mieux baisser son niveau d’aspiration et se contenter simplement de ce qui est vrai. Il faut toujours voir ce qui est important à nos yeux, de ce qu’il ne l’est pas. Et on ne va pas se mentir, lorsqu’on a l’habitude d’avoir tout rapidement, ce changement de pensée peut être compliqué à gérer.

Il faut savoir être à contre-courant de la société et ne pas vouloir telle ou telle chose dans les minutes qui suivent. Plus, nous nous habituons à ce type de façon de vivre, plus on pourra ressentir de la frustration.

 

Apprendre à s’en foutre pour vivre correctement

 

Mais Mark Manson, au travers de son livre, souhaite aider de nombreuses personnes. Et pour ce faire, il part de trois postulats essentiels :

  • L’aspiration à vivre des expériences plus positives est en soi une expérience négative. Et paradoxalement, consentir à vivre les expériences négatives qui se présentent ou s’imposent à nous constitue, en soi, une expérience positive.
  • Selon la “loi de l’effort inverse” du philosophe Alan Watts (l’un des pères de la contre-culture américaine dans les années 1960) : plus on cherche à se sentir mieux, moins on se sent bien. Le fait de vouloir obtenir quelque chose, de chercher continuellement le bonheur ne fait que renforcer notre sentiment de manque. C’est pourquoi parfois, quand on se préoccupe moins de réussir certaines choses, on les réussit mieux.
  • Dans la vie, tout ce qui en vaut la peine s’obtient en acceptant l’expérience négative associée. Sinon, on produit l’effet inverse.

 

Mais que signifie « s’en foutre » ?

 

C’est certainement la question que vous devez vous poser. Et vous en avez le droit ! En effet, bien que cela semble à comprendre « s’en foutre » est en réalité plutôt compliqué. Voici ce que Mar Manson indique lorsqu’il parle de « s’en foutre » :

  • Ne pas être mal à l’aise avec le fait d’être différent. En effet, chacun a le droit de penser telle ou telle chose et de ne pas avoir le même leitmotiv.
  • Il faut savoir donner de l’importance à quelque chose supérieur à l’adversité. En d’autres termes, il faut toujours garder à l’esprit ce qui pourrait être important et capital à nos yeux.
  • Etre plus sélectif que ce soit dans les relations ou dans la vie de manière générale. C’est apprendre à garder ses valeurs et être fier de ces dernières.

 

En conclusion, « l’art subtil de s’en foutre » est un excellent livre qui permet de prendre du recul sur de nombreux éléments de la vie quotidienne. En effet, l’auteur est compétent et sait faire réfléchir le lecteur sur des éléments plus importants.