Chez Nouveau Chapitre, on parle souvent de soft skiller alors on s’est dit qu’il serait temps que l’on vous dise ce qui se cache derrière ce drôle de terme. Ou plutôt qui se cache derrière le concept de soft skiller. Ce sera désormais chose faite grâce à cet article qui vous explique ce qu’est un soft skiller.

Le soft skilleur est un slasheur qui s’ignore

Au sens premier, un slasheur est une personne qui exerce plusieurs métiers en même temps sans pour autant qu’ils aient un lien entre eux. Par exemple, une secrétaire juridique/créatrice de bijoux.

Mais ce que nous retiendrons de cette définition, c’est l’aspect couteau suisse du slasheur.

Il accumule de très nombreuses compétences dans des domaines divers et variés, le plus souvent à travers un parcours que l’on peut qualifier d’atypique.

Or, là est la force du soft skiller. Tout comme le slasheur, il engrange un grand nombre de compétences transversales et surtout il parvient à faire le lien entre toutes ces compétences.

Un soft skiller est donc polyvalent et se caractérise par son ouverture d’esprit, sa curiosité et sa créativité.

Le soft skiller est résilient

La résilience ne se limite pas à la capacité à surmonter un événement difficile voire traumatique.

La résilience c’est la capacité à transformer un événement négatif en une force. La résilience c’est agir et rebondir pour en ressortir encore plus fort.

Cela ne signifie pas qu’une personne résiliente est d’un optimisme à toute épreuve. Mais qu’elle est capable de puiser en elle une très grande force pour surmonter les difficultés et les transformer en quelque chose de positif.

Le plus souvent, les personnes résilientes ne se rendent pas compte qu’elles le sont.

C’est notamment le cas du soft skiller. Pourtant, quand tout semble aller mal ou que la situation ne lui convient pas, il est en mesure de trouver en lui la solution en faisant appel à sa force de caractère ainsi qu’à ses compétences.

Il va ainsi trouver le moyen d’une part de tenir le coup, et d’autre part d’utiliser cette situation pour évoluer, grandir.

Le soft skiller n’a pas peur d’apprendre

Autre signe caractéristique du soft skiller, il n’a pas peur d’apprendre.

Bien sûr il peut douter, et manquer de confiance en lui à certains moments – ce n’est pas un surhomme ou une surfemme – mais il va “tromper” ce manque de confiance en apprenant.

Et cette faculté découle finalement de son côté slasheur et de sa résilience.

Le soft skiller va trouver le moyen d’acquérir les compétences qui lui manquent, que ce soit aux côtés de ses collègues ou de ses supérieurs ou grâce à une formation.

Dans tous les cas, chaque occasion est bonne pour développer des compétences techniques ou des compétences personnelles en observant le monde qui l’entoure. 

Le soft skiller développe donc ses soft skills de manière continue.

Pour résumer, un soft skiller est une personne qui a souvent fait beaucoup de choses dans sa vie. Elle a acquis et acquiert encore de nombreuses compétences techniques (les fameuses hard skills), mais aussi des compétences personnelles transversales de manière très naturelle finalement. De plus, un soft skiller est doté d’une grande résilience, on le qualifie d’ailleurs parfois de héros ou de guerrier. Pourtant, tout le monde peut être un soft skiller, ce qui vous inclut aussi. Il faut peut-être seulement que quelqu’un vous le montre.